Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Capturer la beauté du geste

La Winnipégoise Danielle Sturk réalise un documentaire sur la chorégraphe défunte, Rachel Browne

  • Print
manon bachelot / winnipeg free press
Danielle Sturk r��alise un documentaire consacr�� �� la chor��graphe d��funte Rachel Browne.

Enlarge Image

manon bachelot / winnipeg free press Danielle Sturk r��alise un documentaire consacr�� �� la chor��graphe d��funte Rachel Browne.

Expression corporelle, beauté du geste, performance pure et épurée, capturer l'essence de l'ìuvre de la chorégraphe Rachel Browne, voici l'objet du documentaire de Danielle Sturk, Toward Light: Dancing With Rachel Browne.

En tournage présentement, elle espère pouvoir présenter son film lors du Festival Danse Canada en juin 2014 Ottawa.

Lieu symbolique où la danseuse, chorégraphe, fondatrice de la compagnie de danse contemporaine la plus ancienne en exercice du pays, Rachel Browne, est décédée en 2012. Danielle Sturk a eu l'occasion de danser au sein de sa compagnie dans les années 1980. C'est lorsque la Winnipeg's Contemporary Dancers organise un spectacle en hommage sa fondatrice défunte que l'idée de réaliser un documentaire germe dans la tête de Danielle Sturk.

Danses, archives, entrevues de danseurs et de proches, images personnelles, tout en respectant l'intention de la danse de Rachel Browne, Danielle Sturk apporte sa patte artistique et son interprétation.

"Rachel Browne, c'était le mouvement pur. Pas de dramatisation, pas de costumes, pas de décors. Pas de chichis," raconte Danielle Sturk. "J'ai choisi de replacer les danses dans différents contextes, dans d'autres lieux. Je peux aussi ajouter une mise en scène avant ou après. C'est mon interprétation personnelle de son ìuvre."

La neige tombe derrière la porte d'entrée de la rotonde du Centre Aborigène de Winnipeg. Danielle Sturk a choisi de poser ses rails de travelling au milieu de ses piliers monumentaux. Sous de faibles lumières, dans une robe longue blanche laissant entrevoir son dos, une danseuse danse La Romance. Elle est l, la liberté artistique de Danielle Sturk. Quelques plans plus tard. En veston, moustache et cheveux plaqués en arrière, une danseuse danse Freddy, dans un chaos coloré l'h¥tel Fort Garry. La steadicam de Danielle Sturk fait un bond durant l'Entre-deux-guerres. Dans une ambiance cabaret, décadence et conformisme s'opposent tout en posant la question du genre en filigrane.

Dans les danses de Rachel Browne, juive, de parents russes, transparaissent ses convictions politiques féministes et socialistes. Une forte personnalité qui l'a amenée quitter la hiérarchie lourde de la danse classique, l'amour de ses débuts, où l'on n'a pas son mot dire, la danse contemporaine qui se réclame d'une liberté de création.

Son documentaire, Danielle Sturk, l'entrecoupera d'images de la ville Winnipeg. Pour la réalisatrice, il faut opérer un parallèle entre Winnipeg et la personnalité de Rachel Browne.

"Un climat difficile, un ciel perte de vue, une ville simple, utilitaire, sans superflu. Rachel Browne allait l'essentiel elle aussi. Dans sa façon de vivre aussi. Ä n'importe quel moment de l'année, elle portait un sweat et des espadrilles," raconte-t-elle.

Winnipeg c'est aussi les suffragettes, la grève générale de 1919, la première université de l'Ouest canadien, la première compagnie de ballet... Un endroit où elle pouvait se sentir libre de créer des chorégraphies montrant deux femmes amoureuses, dénonçant la guerre nucléaire, ou satiriques envers la société d'avant-guerre.

"Rachel Browne était une matriarche adorée au sein la danse contemporaine de Winnipeg. Sa disparition laisse un grand vide derrière elle. Aujourd'hui, la compagnie a du mal trouver une ligne suivre," raconte Danielle Sturk. "Ä travers mon documentaire, je voulais faire justice l'ìuvre de Rachel Browne, celle qui avait déclaré ´ sans danser, je meurs."

presse2@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition December 7, 2013 B5

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.

letters

Make text: Larger | Smaller

LATEST VIDEO

Key of Bart - Take It Easy

View more like this

Photo Store Gallery

  • Geese fight as a male defends his nesting site at the duck pond at St Vital Park Thursday morning- See Bryksa’s Goose a Day Photo- Day 08- May 10, 2012   (JOE BRYKSA / WINNIPEG FREE PRESS)
  • JOE.BRYKSA@FREEPRESS.MB.CA Local-(Standup photo)- Humming Around- A female ruby -throated hummingbird fly's through the bee bomb  flowers Friday at the Assiniboine Park English Garden- Nectar from flowers are their main source of food. Hummingbirds wings can beat as fast as 75x times second. Better get a glimpse of them soon the birds fly far south for the winter - from Mexico to South America- JOE BRYKSA/WINNIPEG FREE PRESS- Sept 10, 2009

View More Gallery Photos

Poll

What should the city do with the 102-year-old Arlington Street bridge?

View Results

View Related Story

Ads by Google