Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Penser la médecine autrement

L'ostéopathie part désormais la conquête du Manitoba

  • Print

Depuis une dizaine d'années, une nouvelle technique thérapeutique fait son chemin dans la province: l'ostéopathie. Et au courant de l'année 2014, les premiers dipl¥més en ostéopathie qu'abrite Winnipeg pourront enfin faire rayonner cette facette inédite de la médecine.

Souvent méconnue des résidants manitobains, cette pratique constitue pourtant une approche novatrice de la médecine. Par la manipulation manuelle des muscles, du squelette et des tissus du corps (appelés "fascias" dans le jargon médical), cette approche tend régler les dysfonctionnements du corps humain.

"Il ne s'agit pas seulement de soulager le patient," explique une massothérapeute winnipégoise et prochainement dipl¥mée en ostéopathie, Dominique Genest-Crozier. "Il faut trouver d'où provient le problème et le régler. Notre travail est celui d'un détective, il y a un casse-tête sous nos yeux et il faut trouver la clé pour le débloquer."

Contrairement la plupart des professionnels du milieu médical qui se focalisent sur certaines fonctionnalités précises du corps, l'ostéopathe l'analyse de façon globale et observe la manière dont chaque individu interagit avec ses mouvements internes et externes.

"Il faut bien voir l'ostéopathie comme une discipline qui englobe l'ensemble du corps," souligne Dominique Genest-Crozier. "Il s'agit de permettre au corps tout entier de retrouver sa vitalité et ses pleines capacités. Au fond, on est des facilitateurs. On ne guérit pas, on aide le corps s'améliorer par lui-même."

Mais plus qu'une simple technique thérapeutique, l'ostéopathie privilégie un rapport personnel avec le patient et avec le corps. Preuve que la médecine n'est pas que distance scientifique, regard froid et instruments métalliques.

"L'ostéopathie, c'est un art," affirme un massothérapeute winnipégois et étudiant en ostéopathie, Gilles No´l. "On apprend dialoguer avec chaque partie du corps du patient. Il y a évidemment de la causalité et de la biomécanique qui régit le corps, mais aussi des facteurs plus humains, plus sentimentaux, que l'on doit découvrir."

Un sentiment que partage parfaitement Dominique Genest-Crozier qui accueille ses patients dans une atmosphère intimiste, tamisée, mille lieues du traditionnel milieu épuré et stérilisé de la médecine.

 

Une reconnaissance en devenir

Et si cette technique commence tout juste percer Winnipeg, c'est parce que la formation en ostéopathie n'en est encore qu' ses premiers balbutiements dans la province. Ce n'est que depuis 2010 qu'une branche dérivée du Canadian College of Osteopathy (CCO) de Toronto a été mise en place Winnipeg. Elle permet aux résidants de poursuivre une formation de quatre ans afin d'obtenir le Diploma in Osteopathic Manual Practice (DOMP), délivré par le CCO.

Tous deux en quatrième année d'études, Gilles No´l et Dominique Genest-Crozier appartiennent ainsi cette nouvelle génération d'étudiants en ostéopathie.

"Cela fait très longtemps que je souhaite me diriger vers l'ostéopathie," confie Dominique Genest-Crozier. "Mais auparavant rien ne se faisait Winnipeg, il fallait nécessairement se rendre plusieurs fois par an en Ontario pour suivre la formation du CCO, ce qui représentait de réelles contraintes financières."

Toutefois, la mise en place de ce cursus ne constitue qu'une première étape pour l'implantation de l'ostéopathie au Manitoba. Parce qu'un problème majeur demeure: le dipl¥me que décerne le CCO n'est pas reconnu par les différentes provinces du Canada. Le système de régulation du métier d'ostéopathe est en effet complexe et manque cruellement de transparence. Le seul titre reconnu par les différentes provinces du pays, l'exception du Québec, est celui de Docteur en ostéopathie (D. O.), délivré par des collèges de l'American Osteopathic Association. En clair, seul les collèges américains, ainsi que le College of Physicians and Surgeons of Ontario, offrent une formation reconnue l'échelle nationale et internationale. Pour les autres instituts d'ostéopathie, il n'existe donc aucune régulation.

"La seule solution pour obtenir un droit de pratiquer dans sa province est donc de fonder une association provinciale d'ostéopathie qui vienne définir des exigences en matière de compétences pour les professionnels de l'ostéopathie," explique Gilles No´l.

 

-- de La Liberté pour le Free Press

Presse5@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition April 12, 2014 B4

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.

letters

Make text: Larger | Smaller

LATEST VIDEO

Your top TV picks for this week - December 8-12

View more like this

Photo Store Gallery

  • JOE BRYKSA/WINNIPEG FREE PRESS Local-(Standup photo)- A wood duck swims through the water with fall refections in Kildonan Park Thursday afternoon.
  • Winnipeg’s best friend the dragon fly takes a break at English Gardens in Assiniboine Park Wednesday- A dragon fly can eat  food equal to its own weight in 30 minutes-Standup photo- June 13, 2012   (JOE BRYKSA / WINNIPEG FREE PRESS)

View More Gallery Photos

Poll

What's your take on the Jets so far this season?

View Results

View Related Story

Ads by Google