Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Le 'voleur' pas si 'voleur' raconte

Dans une entrevue exclusive accord©e La Libert©, le d©tenteur de la cloche rompt 22 ans de silence

  • Print

La saga de la cloche de Batoche a franchi une nouvelle ©tape le jeudi 20 juin alors que le d©tenteur de Marie Antoinette a accept© de r©pondre aux questions de La Libert© sous couvert d'anonymat. Si l'histoire remonte 22 ans et que les r©cits des co-auteurs de l'acte qui a permis de retrouver la cloche peuvent varier, le parcours de Marie Antoinette et son importance dans la vie de celui qui l'a gard©e durant ces ann©es sont ©mouvants.

Affranchi de tout sentiment de culpabilit© pour avoir r©cup©r© le troph©e de guerre initialement vol© aux M©tis par les miliciens de Millbrook en 1885 lors de la R©sistance du Nord-Ouest, le d©tenteur de la cloche avoue qu' ´ avoir dª garder la cloche durant toutes ces ann©es ©tait tout de m�me un fardeau ª auquel il ne s'attendait pas.

"Quand j'ai r©ussi savoir o� la cloche ©tait, j'ai commenc© parler d'aller la r©cup©rer avec des amis," commence raconter son d©tenteur. "On en parlait surtout quand on avait bu quelques coups de trop! Mais une nuit, on a d©cid© de passer l'action."

"Quand je suis arriv© aux locaux de la L©gion de Milbrook, j'ai presque fait demi-tour parce que je ne savais pas ce que j'allais faire de la cloche apr®s," poursuit-il.

"D'ailleurs, quand je suis arriv© avec chez moi, je l'ai mise dans le four de la cuisine pendant une semaine et mon fils prenait nos invit©s par la main et leur demandait s'ils voulaient voir la cloche. C'est alors que ma femme Rose [ndlr : nom donn© pour garder l'anonymat du d©tenteur] a d©cid© qu'on devait l'amener Baie St Paul."

De nombreuses rumeurs courent sur le fait que le d©tenteur ait voulu de l'argent en ©change de la cloche de Batoche. Pourtant, aujourd'hui, il convient d'en c©der la garde l'Union nationale m©tisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJM) sans r©tribution.

"Il y a longtemps, j'avais pens© la l©guer au Ralliement national des M©tis," confie-t-il. "Mais il y avait tellement de factions qui se chamaillaient dans cet organisme que j'ai chang© d'avis. Entre-temps, la cloche continuait d'�tre un fardeau. J'avais m�me envisag© la jeter dans un lac.

"C'est alors que j'ai eu la chance de rencontrer l'adjudant de l'UNMSJM, Paul Desrosiers," poursuit-il. "Je dirais m�me que notre rencontre ©tait providentielle."

"C'est l'©crivain et chercheur en histoire Bernard Bocquel qui m'a convaincu que si quelqu'un ©tait capable de sortir la cloche, c'©tait bien moi, dit Paul Desrosiers.

"Il m'a appel© plus qu'une fois ce propos."

"Quand j'ai rencontr© Paul Desrosiers, il m'a dit: 'Si tu veux de l'argent pour cette cloche, tu es un voleur mais si tu la rends au peuple M©tis sans r©tribution, tu es un h©ros'," explique le d©tenteur.

"J'ai commenc© alors faire des recherches sur l'organisme de l'UNMSJM et comme j'ai vu qu'il ©tait apolitique et surtout le plus ancien regroupement M©tis l©gitime, j'ai d©cid© de leur donner eux."

Dans de nombreuses entrevues m©diatiques le pr©sident de la F©d©ration des M©tis du Manitoba (MMF), David Chartrand semble ne pas voir l'acte du d©tenteur anonyme comme h©roØque.

Pourtant "j'©prouve de la piti© pour David Chartrand, lance le d©tenteur de la cloche. Je lui avais donn© plusieurs fois la chance de d©montrer son leadership. Mais au lieu de cela, il a pr©f©r© me pi©tiner."

Acte h©roØque ou visionnaire, le fait est que la cloche devrait regagner ses p©nates le 20 juillet prochain apr®s une errance de 22 ans et devenir ainsi le symbole d'un peuple qui avec sa cloche a retrouv© sa fiert©.

la-liberte@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition June 29, 2013 A27

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.

letters

Make text: Larger | Smaller

LATEST VIDEO

Weather for final Fringing weekend

View more like this

Photo Store Gallery

  • A monarch butterfly looks for nectar in Mexican sunflowers at Winnipeg's Assiniboine Park Monday afternoon-Monarch butterflys start their annual migration usually in late August with the first sign of frost- Standup photo– August 22, 2011   (JOE BRYKSA / WINNIPEG FREE PRESS)
  • May 22, 2012 - 120522  - Westminster United Church photographed Tuesday May 22, 2012 .  John Woods / Winnipeg Free Press

View More Gallery Photos

Poll

Should confessions extracted through Mr. Big police stings be admissible in court?

View Results

View Related Story

Ads by Google