FYI

Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Au cìur des femmes

L'H¥pital Saint-Boniface met sur pied le premier programme manitobain de santé cardiaque des femmes.

  • Print

La coordonnatrice du programme de santé cardiaque des femmes l'H¥pital Saint-Boniface (HSB), Theresa Harvey Pruden, travaille avec la Fondation de l'HSB pour sensibiliser la population et les médecins aux questions de santé cardiaque des femmes.

"La Fondation de l'HSB a pour objectif de collecter $5 millions pour soutenir ce nouveau programme de santé cardiaque des femmes qui se met en place ª, indique son président-directeur général, Charles LaFlèche.

Les projets du programme sont en effet nombreux car la question de la santé cardiaque féminine reste méconnue alors qu'elle est "la première cause de décès chez les femmes, six fois plus importante que le cancer du sein," signale Charles LaFlèche.

Plusieurs raisons expliquent ce manque de connaissances. "Dans notre société, les femmes sont souvent les co-ordonnatrices des soins de santé de la famille, donc elles s'inquiètent d'abord de la santé des autres avant la leur," constate-t-il. "Elles ignorent leurs sympt¥mes. Elles doivent apprendre s'occuper d'elles-m�mes, et leurs familles et médecins doivent �tre plus vigilants de leur état."

En outre, la recherche s'est faite surtout sur des rats m¢les "car ils sont moins chers et moins changeants que des femelles," explique Theresa Harvey Pruden. Ainsi, "on sait moins aujourd'hui comment fonctionnent les femmes," déplore Charles LaFlèche. "Or les sympt¥mes de problèmes cardiaques des femmes sont différents de ceux des hommes. La société connaÆt celui du bras gauche, mais chez une femme, ßa pourrait �tre une douleur la gencive, ou l'estomac, ou encore une fatigue."

Les $5 millions collectés par la Fondation de l'HSB seront répartis parmi trois grands projets. "D'ici 18 mois, on souhaite créer l'HSB une chaire de recherche de $2 millions sur cinq ans sur la santé cardiaque des femmes," dévoile Charles LaFlèche. "Son objectif sera de mieux connaÆtre les spécificités de la santé cardiaque des femmes, et de réfléchir des stratégies pour mieux sensibiliser le public et communiquer aux professionnels de la santé les avancées des recherches sur ce sujet."

"On discute déj avec des donateurs potentiels, précise-t-il. Ce sera la seconde au Canada, après celle de l'Université McMaster Hamilton, en Ontario."

Le reste de l'argent sera alloué des activités de sensibilisation. "On prévoit organiser des conférences annuelles sur la santé cardiaque des femmes, accessibles aux médecins mais aussi au grand public, avec des interventions d'experts," dévoile Charles LaFlèche.

La première a d'ailleurs eu lieu le 7 mars 2013. Trois expertes en cardiologie, du Minnesota, d'Ontario et de Colombie-Britannique, étaient présentes, ainsi que huit cardiologues de l'HSB qui ont chacun abordé des sujets spécifiques aux femmes lors d'ateliers.

"On a aussi un budget d'environ $1 million pour mener des campagnes de sensibilisation dans les médias, en partenariat avec la Fondation des maladies du cìur Canada," ajoute Charles LaFlèche.

Enfin, le programme de santé cardiaque des femmes travaille déj créer un programme de dépistage des risques cardiaques chez les femmes, l'image de ceux de dépistage du cancer du sein ou du colon.

"On voudrait dépister 600 femmes, les faire travailler avec le centre de fitness Re-Fit spécialisé dans la réhabilitation cardiaque et des nutritionnistes, puis les retester pour voir la différence," conclut Charles LaFlèche. "On sait intuitivement que l'exercice et l'alimentation saine sont bons pour le cìur, mais on voudrait le mesurer scientifiquement."

L'HSB espère faire de ce programme de dépistage un programme mobile afin de rejoindre également les communautés rurales et autochtones. Cela permettrait de les sensibiliser elles aussi aux risques de problèmes cardiaques auxquels les femmes sont exposées.

presse2@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition March 16, 2013 J14

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.