FYI

Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Changer de cap

  • Print

"AU lieu de m’acheter une Porsche, je suis retourné aux études," lance Philippe Richer, avec humour.

Aujourd’hui avocat spécialisé dans le droit criminel à Winnipeg, le Montréalais d’origine peut en rire, mais en 2005, à l’âge de 37 ans, Philippe Richer était dans le creux de la vague, ne sachant pas ce qu’il allait faire de sa vie. "Mon mariage se terminait et mon boulot de vendeur d’équipement de manutention industrielle m’ennuyait à mourir," racontet- il. "La séparation était difficile. Tous mes plans étaient tombés à l’eau. C’était le remous total."

C’est alors qu’un ami lui suggéra de se recycler, en retournant aux études.

"Au départ, je résistais," admetil. "Je me disais que j’avais une hypothèque et trois enfants. Mais je suis allé frapper à la porte du bureau d’Aide aux étudiants du Manitoba.

Armé de prêts et de bourses, et après plusieurs calculs, je me suis rendu compte que c’était un projet réalisable."

Les dés étaient jetés. Philippe Richer quitte son emploi pour se retrouver, en septembre 2006, à la Faculté d’Arts de l’Université de Winnipeg.

"C’était incroyable, et la meilleure chose que je pouvais faire," lance-t-il.

"Mon objectif était de devenir avocat.

J’ai choisi le droit après avoir rencontré un psychologue qui, après avoir évalué mes aptitudes et intérêts, a conclu que je pouvais être soit architecte, avocat ou chef cuisinier!"

C’était, en effet, à titre de boulanger que Philippe Richer a comblé un petit manque à gagner financier occasionné par son retour aux études.

"J’ai fait du pain à la boulangerie Tall Grass Prairie," raconte-t-il.

"Travailler avec mes mains m’a fait énormément de bien. C’était thérapeutique. En fait, je me suis aperçu que la séparation, la garde partagée des enfants et les études étaient plus faciles à assumer. Ça m’a guéri."

En 2007, Philippe Richer s’est inscrit à la Faculté de droit de l’Université du Manitoba.

"J’étais entouré de jeunes adultes enthousiasmés et idéalistes," soulignet­il. "Parfois, leur naïveté me faisait sourire, mais la plupart du temps, leur énergie déteignait sur moi.

L’expérience m’a rajeuni énormément. "Et pour la première fois de ma vie, j’ai pu utiliser à très bon escient mon français, qui s’est avéré une valeur ajoutée à mon cheminement professionnel," poursuit-il. "Étudiant, j’ai participé au concours de plaidoirie Laskin, à Montréal. Je suis devenu membre de l’Association des juristes d’expression française du Manitoba, dont je suis maintenant le directeur général, où je peux supporter des questions de droit linguistique."

Philippe Richer a également perfectionné ses habiletés en plaidoirie en effectuant un stage dans un cabinet de droit criminel winnipégois.

Aujourd’hui, l’avocat est parti à son compte, ayant créé le Cabinet de droit PJR.

"L’ironie, c’est que ma capacité de négocier développée dans la vente, qui m’ennuyait tant il y a à peine quelques années, me sert toujours," poursuitil. "À titre d’avocat de la défense, je dois me présenter devant un juge et ‘vendre’ mon cas. Je convaincs par la logique et je persuade en me servant des précédents légaux. De plus, je fais des négociations avec les procureurs de la Couronne. La vente demeure toujours la vente!"

 

presse5@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition March 24, 2012 J16

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.