FYI

Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

De valise musique

Roselle Turenne est la seule au Canada, et probablement la seule femme au monde, recycler de vieilles valises en enceintes de musique.

  • Print
Roselle Turenne transforme des vieilles valises en enceintes de musique.

CAMILLE HARPER-SEGUY / WINNIPEG FREE PRESS Enlarge Image

Roselle Turenne transforme des vieilles valises en enceintes de musique. Photo Store

Depuis aoªt dernier, la Franco-Manitobaine Roselle Turenne s'est d©couvert une passion unique au Canada sa connaissance, celle de transformer de vieilles valises en enceintes de musique. Elle a mis sur pied une petite affaire, StereOtypes.

"J'©tais tomb©e en amour avec les vieilles valises," raconte Roselle Turenne, qui croit aussi �tre la seule femme au monde faire un tel recyclage.

"J'en avais une pile dans mon salon et ßa m'a inspir©. J'ai cherch© sur l'Internet ce que je pouvais faire avec et j'ai vu que je pouvais les revaloriser en enceintes musique. áa se fait depuis les ann©es 1950. J'ai essay© et c'©tait un bon divertissement pour moi!

"J'ai beaucoup appris par moi-m�me, avec l'aide de Youtube, notamment pour la soudure ©lectronique car je n'y connaissais rien," se souvient-elle. "J'aime ßa. Quand j'©tais petite, je pr©f©rais d©j l'atelier de mon p®re et les outils aux poup©es."

Elle estime que "StereOtypes m©lange bien ma passion pour la technique, mais aussi mon c¥t© artistique. J'aime faire quelque chose de beau, tout en ©tant utile. Il y a aussi l'aspect du recyclage en mieux qui m'int©resse, ainsi que le c¥t© social car j'ai commenc© vendre mes valises sur les march©s donc ßa me fait rencontrer des gens"

Pour le moment, StereOtypes est surtout un passe-temps pour la Franco-Manitobaine.

"Je travaille sur mes projets quand j'ai le temps," confie-t-elle. "D'ailleurs, la grande majorit© de mes clients sont des gens que je connais, notamment des coll®gues, des amis et ma famille."

Roselle Turenne a d©j cr©© une trentaine de st©r©o-valises, d'abord pour elle, et pour sa famille et ses amis comme cadeaux de No´l. Depuis, elle reßoit des commandes.

"Ceux qui en ont d©j une m'en redemandent pour en offrir quelqu'un d'autre," souligne-t-elle. "C'est un beau compliment!"

Pour son affaire, la Franco-Manitobaine d©niche ses vieilles valises dans les magasins d'articles d'occasion et ceux d'antiquit©s. Elle attend ©galement de pouvoir profiter des ventes de garages de la belle saison.

"Je cours souvent les magasins," confie-t-elle. "C'est presque devenu une obsession. J'ai l'ìil pour ßa!

"Je m'int©resse surtout aux valises des ann©es 1920 jusqu'aux ann©es 1970," pr©cise-t-elle. "Quand je travaille sur une valise, j'essaie de la dater pour pouvoir le dire mon client. J'aime l'id©e que chacune a une histoire unique raconter. De plus, c'©tait l'une des seules choses sur lesquelles les femmes de l'©poque avaient un pouvoir d'achat."

Roselle Turenne trouve aussi des haut-parleurs d'occasion, ainsi que des amplificateurs qu'elle ach®te neufs car "c'est le cerveau de tout, donc ßa doit bien marcher," affirme-t-elle.

Reste ensuite fabriquer la nouvelle enceinte. Pour cela, Roselle Turenne doit vider la valise de tout tissu, la percer pour y placer les haut-parleurs, ajouter l'amplificateur l'int©rieur, ainsi qu'un syst®me pour brancher de la musique et pour r©gler les niveaux de basses et d'aigus.

"On peut brancher tout appareil mes enceintes de musique, comme un iPod ou un iPhone," assure la Franco-Manitobaine. "Je peux m�me, sur demande, cr©er un adaptateur pour tables tournantes."

Par ailleurs, Roselle Turenne peut aussi fabriquer des enceintes musique sur mesure, partir de valises fournies par les clients eux-m�mes.

"J'ai commenc© la demande d'une coll®gue dont le grand-p®re ©tait m©decin," se souvient-elle. "Elle avait h©rit© de sa valise et voulait que ses fils l'aient, mais aussi qu'ils puissent s'en servir. J'ai donc fabriqu© une enceinte avec. C'©tait tr®s stressant car je ne pouvais pas faire d'erreur, mais le r©sultat ©tait tr®s bon.

"Peut-�tre que StereOtypes deviendra une v©ritable entreprise un jour," conclut-elle. "Je n'y suis pas oppos©e. Je verrai bien comment ßa ©volue!"

presse2@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition May 11, 2013 J16

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.