July 7, 2015


FYI

Un Manitobain Cannes

Pour la premi®re fois, Orlando Braun pr©sente ses courts-m©trages au Festival de Cannes, en France.

Le Winnip©gois francophile de 30 ans, Orlando Braun, s'appr�te franchir une ©tape dans sa carri®re de producteur artistique de films. Il sera en effet en France au c©l®bre Festival de Cannes jusqu'au 26 mai prochain. Il y pr©sente pour la premi®re fois trois de ses courts-m©trages.

"Je ne les pr©sente pas dans la comp©tition, seulement dans le Short Film Corner du Festival," pr©cise Orlando Braun. "C'©tait plus facile car il y a beaucoup plus de films qui peuvent y �tre pr©sent©s, mais il y a tout de m�me des crit®res respecter donc je suis tr®s heureux que mes trois films aient ©t© accept©s! De ce que je sais, je suis le seul du Manitoba pr©senter des films Cannes cette ann©e."

Orlando Braun pr©sentera deux courts-m©trages in©dits, 725 et Becoming Lucy, ainsi qu'un troisi®me que le public connaÆt d©j, War Bride.

"725 est une fiction dramatique de 12 minutes au sujet d'une jeune fille forc©e au trafic sexuel, et comment elle essaie de s'en ©chapper," raconte-t-il. "L'important, c'est que l'histoire se passe en Am©rique du Nord, chez nous. On voulait que les gens r©alisent que ce genre de chose n'arrive pas seulement ailleurs.

"Pour sa part, Becoming Lucy est un documentaire dramatique de 19 minutes au sujet de ce que ßa a pris l'am©ricaine Lucille Ball pour devenir 'la premi®re femme de la t©l©vision,'" poursuit-il. "Elle est devenue une ic¥ne majeure aux âtats-Unis, mais elle a eu un d©but de carri®re difficile car personne ne croyait en elle. On ne pensait pas qu'elle pouvait �tre dr¥le et savoir chanter et danser en m�me temps."

Enfin, "War Bride est un drame de 16 minutes au sujet d'une femme dont le mari rentre de la guerre en Afghanistan atteint du syndrome de stress post-traumatique," d©crit Orlando Braun. "Le film raconte leur premi®re nuit ensemble apr®s le retour. Ils ont du mal reconnecter ©motionnellement et sexuellement."

Si ces trois films peuvent sembler tr®s diff©rents au premier regard, le Winnip©gois assure au contraire que "tous mes films ont un lien commun, le sens du devoir et de la justice. Je me suis rendu compte r©cemment que c'est ce qui m'attire et m'inspire, ce qui r©sonne en moi.

"Ainsi, on retrouve l'injustice du trafic humain dans 725, celle d'un monde domin© par les hommes dans Becoming Lucy, ou encore celle de la guerre dans War Bride. On retrouve aussi le sens du devoir dans 725 car l'h©roØne veut s'en sortir, dans Becoming Lucy car elle continue sa carri®re malgr© les difficult©s, et dans War Bride avec le d©vouement de la femme envers son mari et du mari envers son pays."

Orlando Braun ne gravite dans l'industrie du cin©ma que depuis trois ans.

"Je m'y suis vraiment int©ress© au secondaire," pr©cise-t-il. "Et encore, j'ai commenc© en architecture l'universit© avant de changer de programme. De m�me, j'ai d'abord travaill© MTS t©l©vision avant de me rendre compte que le c¥t© cr©atif me manquait trop et de reprendre des ©tudes de production de films."

Ce natif du Paraguay, arriv© au Manitoba avec sa famille l'¢ge de cinq ans, semble toutefois avoir un talent naturel pour le cin©ma. "Le premier film auquel j'ai particip© comme producteur associ©, It Is What It Is en 2011, a gagn© quatre prix et cinq s©lections officielles dans divers festivals," se r©jouit-il.

Pour l'heure, au Festival de Cannes, Orlando Braun esp®re surtout "cr©er beaucoup de contacts, que ce soit au niveau cr©atif ou de l'industrie," conclut-il. "C'est une exp©rience unique pour amener mes projets un autre niveau. De plus, c'est toujours bon pour la cr©ativit© d'�tre avec d'autres cin©astes du monde entier, d'autant plus que j'aime avoir une coop©ration internationale dans mes films."

presse2@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition May 18, 2013 J12

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective January 2015.

Scroll down to load more

Top