FYI

Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Vers une régénération du cìur

L'H¥pital Saint-Boniface se lance dans la recherche sur la régénération cardiaque partir de cellules souches.

  • Print

Depuis fin 2012, des chercheurs de l'H¥pital Saint-Boniface (HSB) travaillent sur l'utilisation de cellules souches dans le but de régénérer les cellules et le muscle cardiaques.

"Ce serait révolutionnaire," se réjouit le président-directeur général de la Fondation de l'HSB, Charles LaFlèche, "car les cellules cardiaques sont les seules du corps humain qui ne se régénèrent pas quand elles meurent. Or, les problèmes cardiaques sont le tueur numéro un dans le monde."

Ce nouveau laboratoire du Centre de recherche de l'HSB, le Canada Italy Tissue Engineering Laboratory (CITEL), devrait accueillir dès l'été 2013 des chercheurs italiens dans ses locaux. En effet, cette recherche sur l'utilisation des cellules souches a commencé en Italie il y a près de quatre ans, gr¢ce au travail du directeur de l'Institut BioLink l'Universita di Roma Tor Vergata, docteur Paulo Di Nardo.

"Le docteur Di Nardo est l'expert mondial dans l'utilisation des cellules souches pour le cìur," affirme Charles LaFlèche. "L'idée est de créer des couches de cellules souches pour les mettre sur le cìur afin qu'elles se greffent."

L'Institut BioLink cherche désormais établir des laboratoires partenaires partout dans le monde.

"L'HSB a plu au docteur Di Nardo car on est réputés mondialement pour notre recherche cardiaque, notamment le docteur Narajan Dhalla, qui a publié plus de 600 papiers alors qu'un chercheur en publie en moyenne 100 dans l'ensemble de sa carrière," révèle Charles LaFlèche. "Soixante-dix per cent de nos recherches se font dans le domaine cardiaque et cardiovasculaire et on accueille des experts mondiaux dans notre Centre de recherche."

Il ajoute qu'un autre grand intér�t de l'HSB, "c'est le fait qu'on fait de la recherche de base et qu'on donne des soins aux patients au m�me endroit. Ainsi, dès que les recherches sont pr�tes pour des essais cliniques, ils peuvent tout de suite �tre réalisés. On est le centre provincial de livraison de soins cardiaques, avec 38 cardiologues. C'est assez unique d'avoir cette double expertise."

Charles LaFlèche précise toutefois que le CITEL Saint-Boniface ne fera pas exactement les m�mes recherches que le laboratoire en Italie. "Les deux seront complémentaires," assure-t-il. "Des t¢ches très spécifiques nous seront assignées par le laboratoire italien car pour pouvoir �tre financés, des chercheurs doivent présenter quelque chose d'unique au monde."

En plus d'envoyer des chercheurs experts Saint-Boniface, l'Italie sera d'une grande aide financière pour assurer le bon fonctionnement du CITEL, dont le coªt devrait s'élever $250,000 par an.

"La Chambre de commerce italienne au Manitoba, les Fils de l'Italie/Sons of Italy, ont pour habitude d'organiser un grand souper gala de collecte de fonds par an, avec plus de 1,400 personnes," raconte Charles LaFlèche. "Cette année, le Gala annuel des Fils de l'Italie aura lieu le 16 mars 2013 et il sera au profit du CITEL!"

Si le CITEL trouve assez de financement pour poursuivre comme prévu ses activités, les recherches qui y seront menées pourraient donc révolutionner la santé.

"Quand on se sera rendus aux essais humains, alors on pourra probablement utiliser la m�me méthode pour régénérer d'autres organes, comme le foie," conclut Charles LaFlèche. "C'est du moins l'espoir du directeur du Centre de recherche de l'HSB, le docteur Grant Pierce."

(1) Info.: www.sonsofitaly.ca. presse2@la-liberte.mb.ca

A weekly column en franßais, celebrating Western Canada's largest francophone community, one story at a time

Republished from the Winnipeg Free Press print edition February 23, 2013 J12

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.