Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Danser à 95 ans

À 95 ans, Hortense Sabourin est aveugle mais elle continue sa passion: la danse

  • Print

L

E 9 avril dernier, la Franco-Manitobaine Hortense Sabourin a célébré ses 95 ans.

Un âge avancé qui ne l’empêche pas de poursuivre sa passion, la danse, malgré la perte de sa vue depuis plus de 15 ans.

"Quand, vers l’âge de 75-80 ans, mon médecin m’a dit que je devenais aveugle, c’était une triste nouvelle mais je n’ai jamais pensé abandonner la danse," affirme Hortense Sabourin. "C’est un bon exercice et c’est bon pour le moral. On n’a pas besoin des yeux pour danser, mais des oreilles."

Avec l’aide de sa fille, Claire Sabourin, Hortense a simplement rejoint un nouveau club pour les personnes malvoyantes à Winnipeg où elle réside, l’Institut national canadien pour les aveugles (INCA).

"Je savais que l’INCA offrait des cours de danse pour ceux qui ont dansé toute leur vie mais qui ne voient plus," raconte Claire Sabourin. "Ma mère y va deux ou trois fois par mois."

Même si elle est la plus âgée du groupe, d’au moins dix ans, Hortense Sabourin apprécie l’expérience.

"On pratique les danses qu’on connaît déjà et on en apprend d’autres," se réjouit-elle.

"Être la plus âgée ne fait pas de différence.

On est tous là pour la musique et la danse."

Claire Sabourin note d’ailleurs que sa mère "ne s’est jamais laissée aller à dire qu’elle était trop vieille pour quelque chose. Elle a toujours été active. Elle a même pris des cours de natation et appris à plonger à 65 ans!"

Outre la volonté de rester active, Hortense Sabourin a choisi de poursuivre la danse car celle-ci avait fait partie de sa vie depuis l’enfance.

"On habitait à Sainte-Elizabeth et mes parents dansaient beaucoup dans les partys," se souvient-elle. "Un jour, quand j’avais quatre ans, je les ai vus apprendre le charleston. Le lendemain, j’ai pratiqué dans mon coin. À la fin de la journée, je savais le danser!"

En observant ses parents, Hortense Sabourin a aussi appris la danse carrée, la valse, et un peu de gigue.

"Ma mère est décédée quand j’avais dix ans et comme j’étais l’aînée, j’ai dû m’occuper de la maison pendant que mon père s’occupait de la terre et des animaux," confie Hortense Sabourin. "Je n’avais donc plus beaucoup de temps pour danser. Toutefois, quand il y avait de la musique, c’était plus fort que moi et je dansais."

Cette passion s’est poursuivie dans sa vie de femme mariée.

"Avec mon mari, on a toujours dansé quand on en avait la chance," affirme-t-elle. "En 1965, la toute première salle de danse a été construite à Saint-Jean-Baptiste, et on a été les premiers à signer pour un cours de disco." Aujourd’hui, Hortense Sabourin est bien décidée à continuer à danser aussi longtemps que possible.

Elle a aussi transmis sa passion à quelquesuns de ses filles et fils, ainsi qu’à l’une de ses petites-filles, qui tient maintenant un studio de danse dans le Connecticut.

"C’est une chance que ma mère ait la santé pour continuer à danser malgré la perte de sa vue, conclut Claire Sabourin. Elle qui aime tant la musique et la danse, elle peut toujours en profiter."

 

presse2@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition May 5, 2012 J2

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.

letters

Make text: Larger | Smaller

LATEST VIDEO

Family of Matias De Antonio speaks outside Law Courts

View more like this

Photo Store Gallery

  • A Canada goose flies towards the sun near the Perimeter Highway North and Main St Monday afternoon – See Day 10 for Bryksa’s 30 goose project - May 11, 2012   (JOE BRYKSA / WINNIPEG FREE PRESS)
  • Hay bales sit under a rainbow just west of Winnipeg Saturday, September 3, 2011.(John Woods/Winnipeg Free Press)

View More Gallery Photos

Poll

Do you agree with the province’s crackdown on flavoured tobacco products?

View Results

View Related Story

Ads by Google