Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Le Fil des francophiles - Monique LaCoste

Une voix bien connue Monique LaCoste est une des voix franco-manitobaines les plus entendues, en français comme en anglais

  • Print

LA voix de la Franco-Manitobaine Monique LaCoste est l’une des plus connues au Manitoba, et même en Amérique du Nord, sans pour autant que les gens le réalisent. Depuis 25 ans en effet, en plus de son emploi, Monique LaCoste travaille comme voix-off sur de nombreux projets corporatifs et communautaires.

"Ma voix est dans des musées partout au Canada, en anglais et en français," racontet- elle. "C’est aussi moi qui ai enregistré la narration des films au Planétarium du Manitoba, en anglais. De plus, j’enregistre beaucoup de systèmes téléphoniques pour des entreprises et des organismes partout en Amérique du Nord, notamment en français aux États-Unis pour leurs clients québécois."

Quand elle était annonceure à Radio-Canada, de 1988 à 2006, Monique LaCoste a commencé à recevoir et accepter des contrats d’enregistrement de voix-off pour des textes en français.

"Je prends plaisir à bien lire des textes dès la première prise," confie Monique LaCoste. "J’ai toujours eu de la facilité avec la lecture à haute voix et j’ai toujours adoré ça. J’aime le défi d’explorer divers registres de voix selon le produit. On ne lit pas une annonce commerciale comme un documentaire ou comme un texte pour enfants.

"De plus, j’étais lectrice de nouvelles pendant 18 ans donc je peux lire tous genres de textes avec un accent assez neutre et déchiffrer n’importe quel nom propre," ajoute-telle. "Et je suis bilingue, ce qui est un atout car je peux faire les deux versions."

Les contrats peuvent aller de quelques phrases à plusieurs pages, sur n’importe quel sujet en anglais ou en français, et la lectrice a en général 24 heures pour s’enregistrer et remettre son fichier sonore nettoyé et monté.

"Le plus long texte que j’ai lu était un tutoriel de logiciel de 153 pages!" se souvientelle. "Je les ai lues à froid, en huit heures. C’était un véritable exercice de machine à voix, mais j’étais vraiment emballée d’avoir réussi! Pour ce contrat, j’ai tout de même négocié du temps supplémentaire."

Quant au nettoyage et montage du fichier enregistré, Monique LaCoste va parfois enregistrer dans un studio professionnel de la ville, où ils s’occupent de tout, mais la plupart du temps elle le fait elle-même chez elle.

"C’est un investissement de temps plus grand, d’autant plus que le temps de montage n’est pas payé, mais je faisais beaucoup de montage à Radio-Canada et j’aimais ça," assure-t-elle. "C’est reposant pour moi de faire le montage de mes fichiers sonores."

Monique LaCoste a pensé gagner sa vie de la voix-off, qui rapporte en moyenne 250 $ par tranche de dix minutes d’enregistrement. C’est pour cela qu’elle a quitté Radio-Canada, après s’être inscrite en 2006 à une agence de Toronto représentant uniquement des artistes de voix-off et qui était intéressée à travailler avec quelqu’un à Winnipeg.

Toutefois, elle a finalement accepté un emploi à l’Université de Saint-Boniface et gardé la voix-off comme un loisir. "C’était une grande décision pour moi d’abandonner l’idée de faire de la voix-off à temps plein, mais ça a toujours été un passe-temps alors pourquoi ne pas continuer comme ça?" estime Monique LaCoste. "Si ça devenait mon travail à plein temps, j’aurais peur de me lasser. Je préfère que ça reste mon plaisir."

Son agence de Toronto lui déniche des contrats, ce qui ne l’empêche pas de chercher d’autres clients par ses propres moyens. « J’y suis moins active maintenant, mais j’étais abonnée à plusieurs sites Web où les gens qui ont besoin d’une voix-off peuvent aller la chercher », indique-t-elle.

Ainsi, Monique LaCoste passe de nombreuses soirées à enregistrer sa voix chez elle après le travail, dans un placard qu’elle a insonorisé et équipé d’un micro, tout en essayant de garder du temps pour sa famille.

"J’essaie de ne pas travailler tous les soirs, mais je ne passe pas une semaine sans avoir au moins un contrat," conclut-elle. "Même si je ne vais plus chercher de clients activement."

presse2@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition January 19, 2013 J12

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.

letters

Make text: Larger | Smaller

LATEST VIDEO

Winnipeg Cheapskate: Your cheapskate questions

View more like this

Photo Store Gallery

  • A water lily in full bloom is reflected in the pond at the Leo Mol Sculpture Garden Tuesday afternoon. Standup photo. Sept 11,  2012 (Ruth Bonneville/Winnipeg Free Press)
  • Goose sits in high grass near Marion Friday afternoon for cover -See Bryksa 30 Day goose challenge- Day 18 - May 25, 2012   (JOE BRYKSA / WINNIPEG FREE PRESS)

View More Gallery Photos

Poll

Do you think e-cigarettes should be banned by the school division?

View Results

Ads by Google