Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Un acteur de l'immigration

Ibrahima Diallo a joué un rôle clé dans l’immigration bilingue au Manitoba

  • Print

L

E Franco-Manitobain émigré du Sénégal, Ibrahima Diallo, a laissé sa marque dans l’histoire récente de l’immigration au Manitoba.

En effet, il a été de 2008 à 2010 le premier président du Conseil de l’immigration du Manitoba renouvelé, et il y oeuvre toujours depuis, comme conseiller. Les membres du Conseil de l’immigration du Manitoba sont nommés par le lieutenant-gouverneur du Manitoba.

"Un premier Conseil de l’immigration du Manitoba a été créé en 2006, mais ça n’a pas fonctionné avec les autorités provinciales, car il était trop virulent et militant," explique Ibrahima Diallo. "Le Conseil a donc été entièrement recréé en 2008, avec des nouveaux membres, et j’en ai pris la présidence."

La mission du Conseil de l’immigration du Manitoba est de "conseiller le gouvernement sur les meilleures pratiques pour l’attraction, le recrutement, l’établissement, l’intégration et la rétention d’immigrants au Manitoba," révèle Ibrahima Diallo. "Avec nos propres expériences d’immigration, on apporte un regard extérieur non seulement sur les pratiques, mais aussi sur les politiques."

Le Conseil de l’immigration du Manitoba sous la présidence d’Ibrahima Diallo est notamment responsable de la Loi sur le recrutement et la protection des travailleurs votée en 2009 pour protéger les travailleurs étrangers voulant vivre au Manitoba.

Il est aussi à l’origine de la mise en place d’un commissaire à l’équité au Manitoba, pour faciliter la reconnaissance des diplômes des travailleurs étrangers qualifiés, sujet sur lequel il travaille toujours.

"Le Conseil a aussi beaucoup insisté sur l’intégration des nouveaux arrivants et sur l’importance de l’engagement des employeurs communautaires dans ce processus," ajoute Ibrahima Diallo. "C’est important que les employeurs reconnaissent l’immigration comme un facteur positif de développement."

Il précise toutefois que le Conseil de l’immigration du Manitoba ne traite qu’avec la Province. Il n’a pas de contact direct avec les employeurs ou les organismes communautaires. L’influence du Conseil sur le reste de la communauté ne peut passer que par le biais du gouvernement provincial.

Enfin, c’est le Conseil de l’immigration du Manitoba qui a mis sur la table de discussion de la Province la question des réfugiés.

"Quand j’étais président, il y avait au Conseil une assistante sociale très sensibilisée aux défis des réfugiés au Manitoba," se souvient Ibrahima Diallo. "De plus, les réfugiés étaient alors de plus en plus nombreux au Manitoba.

On a alors poussé le gouvernement à générer plusieurs programmes pour les soutenir, notamment pour les jeunes afin de prévenir la délinquance.

"On travaille aussi à faire reconnaître au gouvernement l’importance d’un soutien psychologique dans la langue maternelle du réfugié," poursuit-il. "Quand on parle d’horreurs et de traumatismes vécus, c’est important de pouvoir s’exprimer dans sa langue.

C’est le rôle de notre Conseil de le rappeler au gouvernement."

Aujourd’hui, alors que le fédéral reprend aux Provinces le contrôle de l’immigration, le Conseil de l’immigration du Manitoba a plus que jamais un rôle important à jouer.

"Ce sera à nous de rester vigilants sur l’avenir de l’immigration," confie le président sortant. "On veillera à ce que le Manitoba atteigne bien son objectif de sept pour cent d’immigrants francophones, car le fédéral nous l’a promis, on s’assurera que les nouveaux arrivants pourront trouver des emplois dans notre province, et on continuera à travailler pour faire reconnaître leurs diplômes.

"Le modèle manitobain a toujours été présenté comme un exemple à suivre et on veut qu’il le reste," conclut Ibrahima Diallo.

L’immigration au Manitoba se distingue par un fort taux de rétention de plus de 80 pour cent et par une immigration touchant le rural comme les grands centres.

Par ailleurs, Ibrahima Diallo est aussi le coprésident, depuis janvier 2012, du Comité de mise en oeuvre de l’immigration francophone hors Québec créé en 2006 par la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) et Citoyenneté et immigration Canada (CIC).

Ce Comité est chargé de veiller à ce que les stratégies d’immigration francophone se réalisent, en qualité et en quantité, notamment hors des grands centres traditionnels que sont Toronto, Montréal et Vancouver. Ibrahima Diallo a succédé à ce poste au Franco-Manitobain Gérald Clément.

presse2@la-liberte.mb.ca

 

The Free Press has been publishing a weekly story from La Liberté since 2011, to celebrate Western Canada's largest francophone community.

La Liberté was honoured as newspaper of the year by the Association de la Presse Francophone (APF) this week at the 29th annual Gala des Prix d'Excellence in Prince Edward Island.

Republished from the Winnipeg Free Press print edition July 14, 2012 J2

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.

letters

Make text: Larger | Smaller

LATEST VIDEO

Spring fashion trends

View more like this

Photo Store Gallery

  • MIKE DEAL / WINNIPEG FREE PRESS 060711 Chris Pedersen breeds Monarch butterflies in his back yard in East Selkirk watching as it transforms from the Larva or caterpillar through the Chrysalis stage to an adult Monarch. Here an adult Monarch within an hour of it emerging from the Chrysalis which can be seen underneath it.
  • Challenges of Life- Goose Goslings jump over railway tracks to catch up to their parents at the Canadian Pacific Railway terminalon Keewatin St in Winnipeg Thursday morning. The young goslings seem to normally hatch in the truck yard a few weeks before others in town- Standup photo- ( Day 4 of Bryksa’s 30 day goose project) - Apr 30, 2012   (JOE BRYKSA / WINNIPEG FREE PRESS)

View More Gallery Photos

Poll

What are you most looking forward to this Easter weekend?

View Results

View Related Story

Ads by Google