Winnipeg Free Press - PRINT EDITION

Un rapport alarmant

L'accessibilité au logement ne s'améliore pas Winnipeg, surtout pour les nouveaux arrivants francophones

  • Print

LA situation de l’accessibilité au logement à Winnipeg est alarmante, surtout pour les nouveaux arrivants, révèle le premier rapport réalisé à ce sujet par l’École de service social de l’Université de Saint-Boniface (USB).

"Il y a une crise du logement évidente qui sévit partout au Canada, et Winnipeg est l’une des grandes villes avec le plus bas taux d’inoccupation de logements au pays," explique le professeur à l’USB David Alper, un des co-auteurs du rapport.

"Plusieurs études ont été effectuées dans les dernières années pour démontrer comment cela touchait différentes tranches de la société, alors on a voulu étudier la problématique dans la communauté francophone, surtout chez les nouveaux arrivants."

Pour ce faire, les auteurs ont interrogé une douzaine de familles francophones venues d’Afrique.

"On a privilégié l’approche humaine à l’approche quantitative, alors on a fait des entrevues approfondies avec des familles francophones venues d’Afrique, pour voir quels étaient leurs problèmes de logement et quels en étaient les impacts sur leur santé," précise David Alper.

En effet, le logement est un facteur déterminant sur la santé des gens, encore plus important que l’alimentation ou l’exercice.

"Les choix sociaux, comme le logement, l’éducation et le statut économique, sont plus importants sur la santé des gens que les choix individuels, comme l’alimentation, même si on a tendance à penser le contraire," soutient le professeur.

"Quand le logement accapare 60 ou 70 pourcentage du revenu familial, ça a des répercussions énormes sur la santé ou même l’intégration. Dans beaucoup d’écoles, par exemple, on sait que les professeurs ne donnent pas d’examens à la fin du mois, car ils savent que les enfants n’ont pas mangé."

L’étude a démontré que les nouveaux arrivants d’Afrique étaient souvent victimes de discrimination raciale et sociale. "Les nouveaux arrivants francophones font face aux mêmes obstacles que les gens à faible revenu dans la recherche de logement, parce qu’il y a une pénurie de logements," avance David Alper.

"Plusieurs arrivants ne travaillent pas encore, d’autres reçoivent des prestations d’assurance-sociale ou ont des emplois précaires au salaire minimum.

"Mais ils font aussi face à des problèmes de discrimination raciale," ajoute-t-il. "Par exemple, il est arrivé à une famille de se faire dire au téléphone qu’un logement était libre, alors que rendue sur place, bizarrement, il ne l’était plus."

Dans d’autres cas, les propriétaires refusaient de louer un logement à quelqu’un qui bénéficiait de prestations d’assurance-sociale, ce qui est pourtant interdit par la loi.

La barrière de la langue et de la culture n’aide pas non plus.

"Les nouveaux arrivants ne connaissent pas nécessairement leurs droits," explique le professeur. "On a vu des augmentations de loyer non justifiées par exemple. À long terme, ça rend difficile l’intégration à la société d’accueil."

Que faut-il faire pour tenter de régler le problème? Les participants croient avant tout à la participation de l’État.

"Les gens questionnés viennent de pays où la culture politique est plus développée qu’ici," soutient le co-auteur.

"Ils ont une expérience de lutte sociale, communautaire et politique beaucoup plus grande que les Canadiens d’origine.

Beaucoup d’entre eux parlent d’une responsabilité de l’état."

Les logements sociaux, comme les habitations à loyer modique (HLM) par exemple, s’avèrent la meilleure solution, selon les auteurs et les participants de ce rapport.

"Malheureusement, les gouvernements pensent autrement," se désole David Alper. "Il n’y a presque plus de logements sociaux qui se construisent au Canada. Les quelque 600 000 logements sociaux existant sont menacés de disparaître d’ici 2032 parce que le gouvernement fédéral refuse de renouveler le financement des logements sociaux existant lorsque les hypothèques de ceux-ci arriveront à terme."

Le Manitoba s’est toutefois engagé à construire 1 500 logements à prix abordables d’ici cinq ans, un effort "apprécié mais insuffisant" pour répondre à la demande. Au fédéral, aucune mesure concernant les logements sociaux n’apparaît dans le dernier budget des conservateurs.

presse1@la-liberte.mb.ca

Republished from the Winnipeg Free Press print edition August 11, 2012 J12

Fact Check

Fact Check

Have you found an error, or know of something we’ve missed in one of our stories?
Please use the form below and let us know.

* Required
  • Please post the headline of the story or the title of the video with the error.

  • Please post exactly what was wrong with the story.

  • Please indicate your source for the correct information.

  • Yes

    No

  • This will only be used to contact you if we have a question about your submission, it will not be used to identify you or be published.

  • Cancel

Having problems with the form?

Contact Us Directly
  • Print

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

You can comment on most stories on winnipegfreepress.com. You can also agree or disagree with other comments. All you need to do is be a Winnipeg Free Press print or e-edition subscriber to join the conversation and give your feedback.

Have Your Say

New to commenting? Check out our Frequently Asked Questions.

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press print or e-edition subscribers only. why?

Have Your Say

Comments are open to Winnipeg Free Press Subscribers only. why?

The Winnipeg Free Press does not necessarily endorse any of the views posted. By submitting your comment, you agree to our Terms and Conditions. These terms were revised effective April 16, 2010.

letters

Make text: Larger | Smaller

LATEST VIDEO

Gary Lawless & Ed Tait try not to bleeping cry over the woesome Jets

View more like this

Photo Store Gallery

  • A young goose   reaches for long strands of grass Friday night near McGillvary Blvd-See Bryksa 30 Day goose challenge- Day 19 - May 23, 2012   (JOE BRYKSA / WINNIPEG FREE PRESS)
  • Marc Gallant / Winnipeg Free Press.  Local- (Standup Photo). Watcher in the woods. A young deer peers from the forest while eating leaves by Cricket Drive in Assiniboine Park. A group of eight deer were seen in the park. 060508.

View More Gallery Photos

Poll

Will you get out and vote for a new mayor and council?

View Results

View Related Story

Ads by Google